Préchargement

Forum mondial de l'eau à Dakar, situation de stress hydrique au Maroc

Forum mondial de l'eau à Dakar, situation de stress hydrique au Maroc.

Publié le : 27 Mars 2022

La 9 -ème édition du forum de l’eau s'est tenue  à Dakar du 21 au 26 mars 2022 sous  fond  pénurie de l’eau pour certains  pays  comme  le Maroc.

Le Royaume du Maroc est bien en situation de stress hydrique. Les autorités confirment aujourd’hui la situation alarmante des ressources en eau au Maroc. Elles sont parmi les plus faibles au monde. Selon le centre d’information sur l’eau, le stress hydrique est une situation critique qui surgit lorsque les ressources en eau disponibles sont inférieures à la demande en eau.  Conscients de l'urgence, les autorités prennent depuis plusieurs années des mesures pour atténuer le problème et éviter la catastrophe.

La manifestation du phénomène au Maroc est de plus en plus visible. Selon la directrice du centre de recherche en eau, ressources naturelles, environnement et développement durable à la faculté des sciences de rabat, la disponibilité en eau pour chaque habitant au Maroc  est en diminution constante, passant de 2000 M3 par an en 1960 à  500 m3 à l’horizon 2030. Le Maroc est classé parmi les pays au stress hydrique « extrêmement élevé », selon  le Word Ressource Institute (WRI), le 23e État le plus menacé par les pénuries d’eau.


Des Conséquences à plusieurs niveaux.

           "Un pays  comme le Yémen dans un passé

           tout proche  était menacé de disparition,

           non pas du fait d’une bonne atomique, 

               mais par  le manque d’eau"


Selon le centre d’information sur l’eau, le stress hydrique a, en premier lieu, un impact sur la végétation, sur la qualité des récoltes. Le stress hydrique entraîne également une dégradation des ressources en eau douceSi  cette situation perdure, au  Maroc  et  dans le monde en général, cela  pourrait aboutir  au-delà des conséquences économiques, à des catastrophes inimaginables. Un pays  comme le Yémen dans un  passé tout proche était menacé de disparition, non pas  du fait d’une bonne  atomique, mais par le manque d’eau. Nous nous rappelons la menace par l’Egypte de bombarder le barrage de la renaissance situé sur le fleuve Nil en Éthiopie. Faisant craindre ce que  les observateurs dénommais « la guerre du Nil bleu »

Les causes du stress hydrique sont multiplesle réchauffement climatique qui perturbe le cycle de l’eau, rend l’eau potable plus difficilement accessible est l’une des principales causes. L’interférence humaine avec le cycle de l’eau est aussi un des principaux facteurs de stress hydrique. En effet l’augmentation de la population qui induit des modes de consommation énergivore qui nécessitent une agriculture intensive conduisant entre autres à la déforestation et à des gaspillages de l’eau.

Pour remédier au problème, le Maroc a élaboré un programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, d’un cout de 115,5 Milliards de DH. Le programme est décliné en 5 axes majeurs.  Il comprend certaines actions phares comme, la réutilisation des eaux usées épurées, la mise en place de nouvelles stations de dessalement de l’eau de mer, la poursuite de l’aménagement et la modernisation des réseaux d’irrigation, la reconversion collective à l’irrigation localisée, la communication et la sensibilisation à travers des campagnes de communication pour le changement de comportement visant le grand public.
 
La propagande des médias  ne devrait pas uniquement concerner les crises armées. La crise  de l’eau  mérite aussi  sa part  de  propagande afin d’emmener tous les acteurs à une prise de conscience.